Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

SOCIAL MEDIA

SOCIAL MEDIA

Plus de 2 millions de pages lues et 820 000 visiteurs uniques pour ce blog dont l’auteur, Louis-Serge Real del Sarte, vous propose une curation quotidienne liée à l’actualité, aux stratégies digitales d’entreprises et problématiques d’utilisations de ces nouveaux canaux de communication. Pionnier et auteur du premier ouvrage référençant les 1000 réseaux sociaux mondiaux, il est Leader européen des réseaux professionnels et consultant international pour les entreprises.


Le commentaire de Marc TOUATI, président d'ACDE

Publié le 7 Septembre 2007, 15:27pm

Catégories : #Article économique

Position n'est pas opposition... 

ACDE - 07 septembre 2007
La semaine dernière, l’un des trois grands magazines politiques français nous a « catalogué » dans l’opposition, au seul motif que nous annoncions depuis déjà plusieurs mois que cette année la croissance ne serait pas de 2,5 %, ni de 2,25 % comme le prévoit le gouvernement, mais de 1,8 %.
Bien entendu, la liberté de la presse et celle des économistes d’ailleurs, sont sacrées et nous n’allons pas nous plaindre inutilement. En revanche, au regard de ce jugement et à la lecture des mails que nous avons reçus cette semaine sur ce sujet, il nous semble opportun de vous faire partager les quatre principales remarques que cette « péripétie » nous inspire.
Premièrement, le fait de rechercher l’opposition dans les discours des économistes, des médecins, des magistrats ou des enseignants,… comme le fait ce magazine est un signe clair de la faiblesse criante de ce que devrait être la véritable opposition de gauche. Il faut dire qu’avec les ralliements de Kouchner, Lang, Attali, Rocard et les copinages de DSK avec l’actuelle majorité, sans parler des sempiternelles querelles intestines, le PS n’est pas au mieux de sa forme et n’est pas vraiment crédible pour incarner une véritable force d’opposition.
A tel point que, comme la nature a horreur du vide, c’est aujourd’hui Dominique de Villepin qui incarne le mieux l’opposition politique à Nicolas Sarkozy. C’est certainement là l’une des conséquences inattendues de l’ouverture…
Deuxièmement, le fait qu’une simple prévision économique différente de celle du gouvernement soit perçue comme une marque d’entrée dans l’opposition confirme également qu’en France, l’économie est trop souvent politisée dans le mauvais sens du terme. La société française affectionne effectivement les étiquettes et a du mal à admettre qu’un économiste puisse simplement dire, en toute objectivité, ce qu’il considère être la vérité la plus probable, non pas pour s’opposer au pouvoir en place, mais simplement par souci de dire à ce dernier que le chemin qu’il emprunte n’est pas le bon et qu’il risque par là même de mettre en danger la stabilité économique et social du pays.
Car, ne nous voilà pas la face : une croissance à 1,8 % ou à 2,5 % n’est pas du tout neutre en matières d’emploi, de déficit public et, par là même, de crédibilité vis-à-vis de nos partenaires européens, auprès desquels nous nous sommes dernièrement engagés à respecter nos promesses en matière de comptes publics.
Troisièmement, même si être considérés comme appartenant à l’opposition ne nous est pas forcément agréable, cela nous honore aussi dans le contexte actuel, puisque cela montre que nous faisons certainement partie des très rares économistes encore indépendants dans ce pays.
En effet, entre les économistes de droite, de gauche, des extrêmes (eh oui, il y en a…), ceux qui obéissent à des intérêts partisans ou à des instructions de leur hiérarchie ou sont tout simplement guidés par le simple objectif d’être un jour proche du pouvoir, il faut reconnaître que la liberté de penser et l’indépendance ne sont pas vraiment mises en avant dans le milieu des économistes. Or, ces deux qualités sont indispensables pour la réalisation d’analyses et de prévisions dignes de ce nom.
Autrement dit, nous restons persuadés qu’il est préférable d’être libres plutôt que de vendre son âme…
Soyez donc assurés que, quoi qu’il arrive, nous ferons tout ce qui est en notre pouvoir pour rester libres et indépendants dans nos prises de position. Et, si, un jour, cela n’est plus possible, nous vous le dirons.
Quatrièmement et pour terminer par une relative bonne nouvelle, nous devons signaler qu’après avoir annoncé une croissance française de 2,2 % pendant des mois, l’OCDE vient de ramener sa prévision à celle que nous faisons depuis le printemps dernier, en l’occurrence 1,8 %. Attention, après l’ACDE, ce serait désormais au tour de l’OCDE de passer dans l’opposition…
 
Marc Touati

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents