Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

SOCIAL MEDIA

SOCIAL MEDIA

Plus de 2 millions de pages lues et 820 000 visiteurs uniques pour ce blog dont l’auteur, Louis-Serge Real del Sarte, vous propose une curation quotidienne liée à l’actualité, aux stratégies digitales d’entreprises et problématiques d’utilisations de ces nouveaux canaux de communication. Pionnier et auteur du premier ouvrage référençant les 1000 réseaux sociaux mondiaux, il est Leader européen des réseaux professionnels et consultant international pour les entreprises.


La zone euro sera donc bien le dindon de la farce

Publié le 19 Septembre 2007, 06:21am

Catégories : #Article économique

Baisse de 50 points base du taux des fed funds :
 Bravo Ben !

ACDE - 18 septembre 2007

 

Après quelques mois de doutes et d’inquiétudes, Ben Bernanke et la Réserve

fédérale américaine se sont enfin montrés à la hauteur. En effet, comme

nous l’annonçons depuis quelques semaines, la Fed vient d’abaisser son

taux objectif des federal funds d’un quart de point à 4,75 %. Une décision

qui a été prise à l’unanimité. En un mot : bravo !

En effet, bien loin de l’orthodoxie monétariste et de l’irresponsabilité

de la BCE, la Fed a donc décidé de tout mettre en œuvre pour soutenir la

croissance sans attendre que cette dernière ne s’écroule. C’est justement

ce que l’on demande à une banque centrale responsable, en l’occurrence

d’anticiper les évolutions néfastes de manière à les contourner. Dans ce

cadre et dans la mesure où toute inflexion de politique monétaire prend

environ six à neuf mois pour agir sur l’activité, il est clair qu’une

baisse des taux aurait été souhaitable dès le début 2007. Malheureusement,

la faible expérience de Ben Bernanke à la tête de la Fed a joué en sa

défaveur. Pour autant, mieux vaut tard que jamais et la décision

d’aujourd’hui confirme que le Président de la Fed a désormais acquis la

stature nécessaire.

Bien entendu, les mauvaises langues ne manqueront pas de souligner qu’il

risque ainsi de faire le jeu des spéculateurs et par là même d’éviter une

bonne purge qui leur aurait donné une bonne leçon. Cependant, ce

comportement revanchard ne correspondrait pas à une banque centrale

responsable dont les missions résident dans une croissance soutenue, une

faible inflation et dans la garantie d’une stabilité financière minimum.

Dans son communiqué, la Fed n’a d’ailleurs pas manqué de mentionner

qu’elle a agi dans le respect de ces trois objectifs, soulignant notamment

que l’inflation hors énergie et produits alimentaires reste sous contrôle,

tandis que les risques qui pèsent sur la croissance et la stabilité

financières ne doivent être ni exagérés, ni négligés.

Autrement dit, la Fed a su montrer qu’elle reste confiante dans la

résistance de l’économie américaine, mais qu’elle ne souhaite pas prendre

le risque d’une crise systémique sur les marchés et encore moins d’une

contagion de celle-ci à l’économie réelle.

Dans ce cadre, la Fed ne devrait pas s’arrêter en si bon chemin et devrait

continuer à baisser son taux objectif des federal funds jusqu’à 4,25 % à

l’horizon de la fin 2007.

Les conséquences de cette stratégie seront triples. Primo, les

institutions bancaires et les marchés boursiers internationaux vont

pouvoir retrouver des couleurs vives dans les mois à venir. Secundo, le

dollar va rester faible, c’est-à-dire autour des 1,40 dollar pour un euro

jusqu’à la fin de cette année. Tertio, la croissance américaine va

redémarrer progressivement passant de moins de 2 % (en glissement annuel)

aux deux premiers trimestres de 2007 à 2,9 % au quatrième trimestre.

Mieux, après avoir atteint 2 % en moyenne sur cette année, la croissance

américaine devrait retrouver son niveau structurel dès 2008, à savoir 3,2

%.

Pendant ce temps, de par l’appréciation excessive de l’euro et le manque

de réactivité de la BCE qui devrait refuser de baisser son taux refi au

moins jusqu’à la fin 2007, la croissance eurolandaise passera d’un peu

plus de 3 % au premier trimestre 2007 à 1,5 % dès la fin de cette année.

Une fois encore, la zone euro sera donc bien le dindon de la farce...

 

 

Marc Touati
président de l'ACDEFI
www.acdefi.com

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents