Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

SOCIAL MEDIA

SOCIAL MEDIA

Plus de 2 millions de pages lues et 820 000 visiteurs uniques pour ce blog dont l’auteur, Louis-Serge Real del Sarte, vous propose une curation quotidienne liée à l’actualité, aux stratégies digitales d’entreprises et problématiques d’utilisations de ces nouveaux canaux de communication. Pionnier et auteur du premier ouvrage référençant les 1000 réseaux sociaux mondiaux, il est Leader européen des réseaux professionnels et consultant international pour les entreprises.


L’immobilier : doit-on craindre un effet domino ?

Publié le 3 Avril 2008, 06:51am

Catégories : #Article économique

 

L’immobilier :
valeur sûre qu'en France 


Easybourse.com : Les prix des logements anciens en France ont augmenté de 0,4 % au quatrième trimestre 2007 et de 5,7% sur l’année, selon l’Insee. Le marché de l’immobilier français se stabilise mais les prix restent à la hausse, tandis qu’une étude de Standard & Poor prévoit une correction sévère en Espagne et au Royaume-Uni.


De sévères corrections sur le marché immobilier sont à attendre, notamment en Espagne et outre-Manche, d’après une étude de l’agence de notation financière Standard & Poor's sur l'évolution du marché et des prix dans l'immobilier en Europe.

L’alerte rouge espagnole se confirme

L’avertissement est confirmé par S&P en raison d’un miracle économique espagnol adossé en grande partie sur le boom de la construction.

Or, une certaine déconnexion entre l’offre et la demande, entre la construction et le logement, a conduit à un «parc de nouveaux logements pléthorique», alors que la demande devrait se tasser. La question dès lors est de savoir si cette bulle immobilière va éclater en Espagne.

S&P se contente d’évoquer «une baisse très forte de l'activité dans les 12 à 18 mois et une croissance négative des prix (0 à -5 %)». D’ores et déjà, le nombre de transactions a baissé de 27 % entre janvier 2007 et janvier 2008 et celui des permis de construire de plus de 40 % (à septembre 2007), ce qui devrait se répercuter sur une économie largement sectorielle. Mi-mars, une société espagnole de construction Seop a demandé sa mise en cessation de paiement.  

Le Royaume-Uni devrait être touché dans une moindre mesure puisque les prix devraient être, non pas négatifs, mais «relativement stables en 2008 et en légère croissance, de 4% environ, en 2009».

Car la demande a beau exister, elle est pressurisée par «la montée des prix» et de moins en moins solvable du fait de «la charge des intérêts», qui représente désormais plus de 20 % du revenu en moyenne, un niveau proche de celui atteint lors de la crise immobilière de 1988.

La France résiste

En comparaison, «les perspectives sont favorables» pour la France, d’après S&P, qui prédit des prix «stables ou en légère baisse en 2008 autour de 3% à moyen terme» contre 5,7% sur l’année, selon l'indice provisoire Notaires/Insee publié ce mercredi. Localement les mouvements sont plus heurtés avec une hausse des prix des appartements en Ile-de-France de 8,2% et celui des maisons de 5,2% sur un an.

Le rythme de construction devrait ralentir en 2008. Les experts «nationaux» prévoient également des hausses de prix moindres en 2008 qu’en 2007, mais la baisse ne devrait pas être significative car l’immobilier reste une valeur sûre. Plutôt que de parler de «retournement de la situation», la Fnaim parle d’une «stabilisation» du marché immobilier et d’une hausse des prix comprise entre «0 et 5%» en 2008.

Laure Gaillard

Publié le 02 Avril 2008 sur easybourse Copyright © 2006 

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents