Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

SOCIAL MEDIA

SOCIAL MEDIA

Plus de 2 millions de pages lues et 820 000 visiteurs uniques pour ce blog dont l’auteur, Louis-Serge Real del Sarte, vous propose une curation quotidienne liée à l’actualité, aux stratégies digitales d’entreprises et problématiques d’utilisations de ces nouveaux canaux de communication. Pionnier et auteur du premier ouvrage référençant les 1000 réseaux sociaux mondiaux, il est Leader européen des réseaux professionnels et consultant international pour les entreprises.


PPDA : crucifié sous Nonce Pilate

Publié le 9 Juin 2008, 15:15pm

Catégories : #Article de Presse

 

Extrait de l'EXPRESS.fr : La rumeur lui était parvenue jusque dans les allées de Roland Garros où il traînait comme une âme en peine. Et le Tout-Paris s'interrogeait: qui, de Gaël Monfils, assommé de coups par le Suisse Roger Fédérer, ou de Patrick Poivre d'Arvor, assis dans les travées, mordrait le premier la poussière?

Voilà des semaines, en effet, que le sort du journaliste vedette de TF1 semble scellé. Cruelle ironie de l'histoire pour celui qui, depuis des années, ménage ses effets, en expliquant qu'il a depuis longtemps secrètement programmé sa sortie de TF1. Et que lui seul décidera de la date et de l'heure à laquelle il tirera sa révérence.

Or, le couperet est tombé sans crier gare. Balayé tel un fétu de paille, le sorcier du 20 heures, que l'on disait indéboulonnable, est mis à l'index, remplacé dès la rentrée de septembre par la journaliste de Canal+ et de RTL Laurence Ferrari - comme L'Express l'évoquait dès jeudi dernier.

C'est ce lundi que PPDA devrait être convoqué par le PDG de la chaîne, Nonce Paolini, pour s'entendre confirmer la sentence. Si la surprise a été totale pour une majorité des salariés de TF1, elle n'a guère surpris les plus avisés. Voilà des mois que le nouveau patron de La Une martèle en privé le même credo: tourner la page, en finir avec l'ère Etienne Mougeotte, du nom de l'ancien grand manitou des programmes, évincé à l'été 2007.

Un à un, les Mohicans de TF1 ont été priés de quitter l'entreprise: Patrick Le Lay et Etienne Mougeotte, d'abord, Charles Villeneuve et Robert Namias, le directeur de l'information, ensuite. Jusqu'à PPDA aujourd'hui, un journaliste que Claire Chazal devrait rapidement rejoindre sur le banc de touche, frappée à son tour par la disgrâce.

C'est dans le secret du bureau de Nicolas Sarkozy, à l'Elysée, que la refonte de l'information de TF1 s'est décidée, en liaison directe avec celui qui apparaît, au fil des mois, comme le grand inspirateur de la pensée élyséenne en matière de réforme audiovisuelle, l'industriel et propriétaire de cette chaîne, Martin Bouygues.

Devenir de France Télévisions, suppression de la pub sur les chaînes publiques, instauration d'une seconde coupure publicitaire dans les films et téléfilms, mises au rancard de Robert Namias et de PPDA... il n'est pas un sujet qui n'ait fait l'objet, ces derniers mois, d'intenses discussions entre les deux hommes, amis de longue date. Et à l'évidence, la stature de Patrick Poivre d'Arvor, comme les audiences records du journal qu'il présente depuis maintenant vingt ans, n'ont en rien freiné la détermination des deux hommes, décidés à décapiter celui que le chef de l'Etat, en particulier, avait dans sa ligne de mire. Et cela pour deux raisons.

La première relève de l'anecdote. Nicolas Sarkozy estime, depuis plusieurs mois, déjà, qu'émoussé, le sénateur du PAF a fait son temps. De plus, l'irrévérence et le ton persifleur de "Poivre" insupportait le chef de l'Etat. C'est pour ces raisons qu'il avait d'ailleurs tenu à ce que soient profondément renouvelés la liste, comme le profil, des journalistes invités à l'interroger, lors de sa dernière prestation télévisée. Place à la nouvelle vague...

L'autre raison, qui a emporté la décision, est autrement plus importante. Nicolas Sarkozy, comme Martin Bouygues, n'ont pas apprécié, le mot est faible, l'hostilité affichée de PPDA lorsqu'il s'est agi de remplacer, au printemps 2007, Robert Namias par l'ancien patron du Figaro, Nicolas Beytout.

L'opposition de Patrick Poivre d'Arvor, qui s'était démené comme un beau diable, à l'époque, allant jusqu'à mettre sa démission dans la balance, avait alors obligé le patron de Bouygues à rempocher son projet, à la colère de Nicolas Sarkozy. L'incident n'a jamais été oublié, le camouflet jamais pardonné.

Et, alors que Robert Namias s'apprête à abandonner ses fonctions à la tête de l'information de TF1 et que bruissent de multiples rumeurs (dont celle d'une éventuelle arrivée de l'actuel patron de LCI, Jean-Claude Dassier), c'est à l'Elysée que le profil de son successeur se dessine. Là aussi, Nicolas Sarkozy et Martin Bouygues vont s'employer à accorder leurs violons.

Source : http://www.lexpress.fr/actualite/media-people/media/nicolas-sarkozy-a-la-manoeuvre_509310.html

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents