Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

SOCIAL MEDIA

SOCIAL MEDIA

Plus de 2 millions de pages lues et 820 000 visiteurs uniques pour ce blog dont l’auteur, Louis-Serge Real del Sarte, vous propose une curation quotidienne liée à l’actualité, aux stratégies digitales d’entreprises et problématiques d’utilisations de ces nouveaux canaux de communication. Pionnier et auteur du premier ouvrage référençant les 1000 réseaux sociaux mondiaux, il est Leader européen des réseaux professionnels et consultant international pour les entreprises.


Nicolas Sarkozy libère Ingrid : un coup de Maître !

Publié le 3 Juillet 2008, 04:48am

Catégories : #Billet d'humeur politique


Ingrid Betancourt à sa sortie de l'avion, à la base de Catam, à Bogota (Colombie), le 2 juillet 2008.Source : 20 Minutes.fr

«C'est une opération sans précédent et qui restera dans l'Histoire pour son audace», expliquait mercredi soir sur le tarmac de Catam, le ministre colombien de la Défense, Juan Manuel Santos. Il semble effectivement que la libération des quinze otages n'ait été possible que grâce à un stratagème digne des plus grands films d'espionnage.

L'armée colombienne a réussi «grâce à divers subterfuges à placer au moins un de leurs hommes au sein du secrétariat des Farc», a révélé le ministre. Le militaire infiltré est parvenu à convaincre les geôliers de transférer les quinze otages qui faisaient partie d'un groupe de 39 captifs dits «politiques» que les rebelles voulaient échanger contre 500 des leurs, détenus par les autorités colombiennes.
«Nous nous sommes coordonnés pour les réunir au même endroit afin de faciliter leur transfert vers le sud du pays en prétendant qu'il fallait les remettre à Alfonso Cano», le nouveau chef des Farc, a précisé Juan Manuel Santos.

Les otages ont pris place dans un hélicoptère qui appartenait en fait à l'armée, piloté par des hommes expérimentés des services de renseignement. Une fois la porte fermée, le pilote a pu révéler à
Ingrid Betancourt et ses compagnons leur vraie identité. «Ils nous ont dit qu'ils étaient l'armée colombienne et qu'on était libre, a déclaré Ingrid Betancourt mercredi soir devant les journalistes. L'hélicoptère a failli tomber parce qu'on s'est tous mis à sauter de joie et à s'embrasser.»

 

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents