Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

SOCIAL MEDIA

SOCIAL MEDIA

Plus de 2 millions de pages lues et 820 000 visiteurs uniques pour ce blog dont l’auteur, Louis-Serge Real del Sarte, vous propose une curation quotidienne liée à l’actualité, aux stratégies digitales d’entreprises et problématiques d’utilisations de ces nouveaux canaux de communication. Pionnier et auteur du premier ouvrage référençant les 1000 réseaux sociaux mondiaux, il est Leader européen des réseaux professionnels et consultant international pour les entreprises.


Le marché se rue sur les valeurs bancaires

Publié le 17 Juillet 2008, 16:13pm

Catégories : #Article de Presse

 
 
  

Le marché se rue sur les valeurs bancaires


(Easybourse.com) Après les fortes pertes de valeur des bancaires et notamment le plus bas de presque dix ans pour Natixis et celui de plus de cinq ans de Dexia, en semaine, le rebond amorcé hier pourrait annoncer une possible reprise du secteur. Ce sursaut ne serait donc pas que technique. Les indices boursiers apprécient.


Au sein du CAC 40, les bancaires françaises sont à la fête à l'instar de ses homologues américaines la veille.

A 15h30, BNP Paribas -qui atteignait, mercredi, son plus depuis quatre ans, à 51,23 euros- reprend 8,04%, à 59,410 euros, la Société Générale progresse de 6,80%, 54,47 euros, AXA bondit de 6,49%, à 18,39 euros, Dexia prend 5,35%, à 8,86 euros, et Crédit Agricole s’octroie 8,05%, à 13,02 euros.

Outre Rhin la Deutsche Bank gagne 7,75%, à 54,80 euros, tandis qu'au Royaume-Uni, Barclays grimpe de 11,06%, à 296,25 pence, et Lloyds prend 7,83%, à 306,25 pence.

Hier, dans le palmarès du Dow Jones, le quintet de tête à la clôture, affichait quatre valeurs financières. Bank of America rebondissait fortement de 22,41%, JP Morgan gagnait 15,86%, Citigroup remontait de 12,91% et America Intl Group s’octroyait 12,79%. Hors banque, General Motors se refaisait une santé (+16,67%, à 11,48 dollars).

Et au sein du Nyse, la banque Wells Fargo, réputée pour sa gestion prudente, enregistrait un sursaut fulgurant de 32,76%, à 27,23 dollars, après des résultats du deuxième trimestre très rassurants et largement au-dessus des attentes .

L'enthousiasme des investisseurs pour les valeurs financières se répercute sur les indices.

 

'Mini-crack'

Cette tendance prend le contre-pied du trend de ce début de semaine, chahuté par le plan de sauvetage américain des spécialistes du crédit hypothécaire Fannie Mae et Freddie Mac, la faillite de la banque américaine IndyMac et les déboires du leader mondial de la réassurance Swiss -déjà très empêtré dans la crise du subprime- exposé à hauteur de 9,6 milliards de dollars (6 milliards d'euros) à Fannie Mae et Freddie Mac.

Le paroxysme de ce 'mini-crack' a été atteint hier, avant l'annonce rassurante des stocks de pétrole américain qui ont eu comme impact le repli des cours du baril et le rebond spectaculaire des indices européens.  

Avant, donc, la publication des stocks américains, le CAC 40 vacillait à un nouveau plus bas de trois ans. Même constat pour le Footsie. Le DAX, quant à lui, luttait pour rester au-dessus des 6 000 points alors que l'indice allemand avait fait plus tôt une incursion sous ce seuil, à 5 999,32 points, un niveau qu'il n'avait pas atteint depuis deux ans.

Renversement de tendance durable ?

Louis-Serge Real del Sarte, directeur Europe chez Global Equities interrogé par Easybourse, apporte quelques informations techniques sur les renversements de tendance, observés hier en fin de journée en Europe.

Le spécialiste estime que la configuration actuelle sur les places financières fait état d’un «retournement de marché créant des figures d’analyse techniques permettant de croire à un renversement de tendance».

Très prudent, il indique que la nouvelle tendance initiée hier «peut laisser présager» que les marchés financiers ont atteint leur plus bas de 2008. Mais, selon lui, nous sommes encore dans le domaine de la conjecture.

Louis-Serge Real del Sarte fait état de plusieurs facteurs encourageant pouvant soutenir cette récente reprise. «A l’heure actuelle il y a 53% d’actifs en cash», explique-t-il, qui pourrait «potentiellement» servir de relais de croissance.

Au niveau mondial, le sous investissement en action est de 40%, de 32% en Europe et de 40% en Grande-Bretagne.

Les liquidités disponibles sur le marché sont à un niveau historique.

«Reverse flight to quality»

Les marchés parlent de «reverse flight to quality» [retournement vers la qualité, ndlr], selon Louis-Sege Real del Sarte, c'est-à-dire que qu'il y a une réaffectation de l’investissement sur des valeurs à plus fort potentiel, telles que les valeurs bancaires.

C'est notamment la conséquence d’un pétrole qui a subi une perte historique perdant plus de 15 dollars en trois jours. Le baril est passé de 147,27 dollars, à 132,10 dollars.

La dernières baisse historique du baril date de fin 2006. A l'époque, il enregistrait une perte de 28 dollars en six mois.

L'action américaine rassure

En outre, les autorités financières américaines ont su rassurer les investisseurs.

Vendredi dernier, celles-ci ont placé la banque californienne IndyMac sous tutelle. Deux jours après elles évitaient un nouveau dérapage financier, via un plan de sauvetage pour deux autres établissements de refinancement hypothécaires, Freddie Mac et Fannie Mae.

Par ailleurs, la Securities and Exchange Commission (SEC, le gendarme américain de la bourse) a précisé mardi les moyens qu’elle entend prendre pour protéger le système financier contre les «spéculateurs extrêmes».

La vente à découvert, une activité qui peut accentuer la nervosité sur les marchés, est au cœur des mesures annoncées. L'AMF américaine entend enrayer un certain type de vente à découvert appelé «naked short selling» (sans garantie de possession de titres).

L'autorité de régulation des marchés boursiers américains a annoncé vouloir encadrer les ventes à découvert d'actions en demandant aux intervenants souhaitant procéder à une opération de ce genre de faire la preuve qu'ils ont la garantie de pouvoir obtenir les titres qu'ils proposent à la vente.

Ces nouvelles initiatives s'appliqueront aux transactions sur les titres des prêteurs hypothécaires Fannie Mae et Freddie Mac, mais aussi à un groupe de 17 institutions financières dont Lehman Brothers et Morgan Stanley.

Aujourd’hui, dans la journée, sont attendus les résultats du deuxième trimestre pour Citigroup. Suivront en début de semaine prochaine Bank of America, lundi, et Wachovia, mardi.

An. R.

Publié le 17 Juillet 2008 Copyright © 2006  easybourse

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents