Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

SOCIAL MEDIA

SOCIAL MEDIA

Plus de 2 millions de pages lues et 820 000 visiteurs uniques pour ce blog dont l’auteur, Louis-Serge Real del Sarte, vous propose une curation quotidienne liée à l’actualité, aux stratégies digitales d’entreprises et problématiques d’utilisations de ces nouveaux canaux de communication. Pionnier et auteur du premier ouvrage référençant les 1000 réseaux sociaux mondiaux, il est Leader européen des réseaux professionnels et consultant international pour les entreprises.


Conférence HI Team, collège de polytechnique

Publié le 18 Novembre 2008, 09:55am

Catégories : #CONFERENCES


 

Dieu aurait crée les économistes

pour que les météorologistes ne se sentent plus seuls.

 

 Conférence HI Team, collège de polytechnique du lundi 17 novembre soir

 http://www.hi-team.fr/offres/gestion/actus_50_3050-1/newsletter-de-la-soiree-du-20-octobre.html

 

Causes de la crise :

 

La Crise de 1929 a été déclenchée le fameux jeudi noir le 24 octobre 1929

Ce krach boursier à New York est une conséquence de la spéculation à crédit.

Comme aujourd'hui, l’éclatement de la bulle spéculative n'assainît pas la situation.

1929 : emprunt pour jouer la hausse en bourse

2007 : emprunt pour jouer la hausse de l'immobilier

 

dans les deux cas : chute des marchés, effondrement rapide du système financier,

 les banques manquent de liquidités, 

Des millions de porteurs vendent leurs titres en 1929

Retrait massif des investisseurs institutionnels ou privés des hedges-fund en 2008.

 

dans les deux cas, la crise financière devient économique.

contraction du crédit freine l'investissement et la consommation

 (en 1929, le crédit auto représentait 90% des ventes).

 

dans les deux cas, la crise vient d'outre-atlantique et se répercute en Europe avec le reflux des capitaux précédemment attirés par les taux élevés en Europe.

 

Point d’entrée de la crise: entrée de la Chine dans l'OMC en 1999, malgré le maintien d'un contrôle des changes draconien et un $/Yuan verrouillé artificiellement par la Chine à 8.28 Yuan. Coût salarial horaire 80 fois inférieur aux US.

Problème de change : L'énorme sous-évaluation du Yuan demeure intacte.

 

1929 : emprunt pour acheter en Bourse, Krach

puis incapacité de rembourser les emprunts

 

Récession amorcée en 2008 s’est imposée aux GVTS et Banques centrales contrairement aux précédentes  orchestrées

par Volcker (80 et 82) ou Greenspan (1991 et 2001)

 

Dérèglementation US depuis Reagan à outrance

a engendré un capitalisme sans balise ou tous les coups sont permis.

 

la crise des subprimes  / crise de confiance et financière / crise de l'économie réelle,

chômage, récession, canal de transmission par les prêts immobiliers aux ménages et les facilités aux PME/

 

Forte hausse cyclique des matières premières suivie d'une hausse exceptionnelle en conséquence de la manoeuvre d'intimidation de l'Iran organisée par le Président Bush et Mrs Rice.

 

Défaillances flagrantes à tous les échelons de contrôle

manque de transparence des processus de gestion des risques.

 

Les produits toxiques liés aux produits structurés.

 

A très court terme,

Paulson change son TARP Troubled Asset Relief program

(sauvetage des actifs en difficulté) car :

1/ trop grave (AIG de 85 à 150 Mds $)

2/ influence OBAMA

3/ Relance du marché du crédit (40% lié à la titrisation)

 

DEROULEMENT :

CAC vaut 6168 au plus haut de l'été 2007 (en quatre ans /  venant de 2400)

écart entre les taux d'intérêt à 3 mois des eurodollars et le taux d'intérêt des Billets de Trésorerie US en pourcentage : si risque / refus de prêt / hausse des taux 3 mois interbancaires T1 2007 entre 0% et 0.3%, août 2007 proche de 2% (1 ère intervention publique),  decembre 2007 supérieur à 2% (2 ème intervention), 28 mars 2008 proche de 1.8% ( 3 ème intervention), 18 juillet 2008 plan polson, (4 ème intervention pour calmer le jeu) puis panique, 10 octobre 2008 proche de 6%

 

1/ Eté 2007/ taux d'intérêts se fortifient du fait de la croissance forte/

 retour du marché immobilier / incapacité de rembourser/

produits titrisés par les petites banques US sur un marché secondaire pour se refinancer / produits divulgués hors frontières, noyés parmi d'autres produits et commercialisés.

 

2/ Août 2008 : évaluation des montants supérieurs en terme de risque puis par de nombreux établissements financiers d'ou suspicion du fait d'une situation réelle différente puis restriction des prêts entre eux. Certaines banques travaillent sur des effets de levier / beaucoup d'emprunts, faible capitaux et ont du mal à se refinancer. les problèmes sont à ce stade encore réglés au coup par coup.

 

3/ 15 septembre 2008 : le GVT US et le Trésor lâchent Lehman brothers. Le week-end des 13 et 14 septembre sera le tournant qui va accélérer cette crise, d'ou l’émergence de nombreux plans.

 

 

CONSEQUENCES :

  

ce sont les acteurs à l'origine de la crise qui en seront les premiers affectés:

le trader répète à l'infini le même scénario, créer de l'argent avec de l'argent.

les plus riches traders les plus adaptés au système financiers sont les premières victimes. On a évoqué 3.6 milliards de £ de bonus promis à une poignée de traders de la city. C'est « l'hyper pâture » qui pousse à répéter à l'excès un comportement dont on tire les bénéfices dans un premier temps.

 

Situation en France serait : + confortable , prêt à taux fixes, banques + solides que les autres, ménages moins endettés, hausse de l'immobilier moins forte que dans les autres pays. Pas de marge de manœuvre budgétaire pour une relance globale.

Mais impact évident au regard de l'internationalisation des marchés.

 

Consommation des ménages en chute et baisse des taux d'épargne,

disparition de l'effet richesse avec la chute de l'immobilier et des marchés boursiers.

Pourtant, certains comme Romain Zaleski lance une banque en Pologne Alior bank.

 

Inflation et pression fiscale pour contrer l'endettement.

inflation réduite pour le moment du fait du retour à la normale des matières premières (offre)

et des perspectives de chomage (demande) qui limiteront les hausses de salaire.

La ‘reflation’ propre aux théories Keynésiennes doit l’emporter.

Cela devra rester ponctuel, l'état n'a jamais été le meilleur actionnaire.

Il faut corriger le 'choc de la demande' et relancer l’économie avec l'interventionnisme

L'argent ‘imprimé’ devra être assumé. il faudra renflouer les caisses de l'état.

Depuis 1970, la France et L'Europe n'ont jamais affiché d'excédents budgétaires;

les marges de manoeuvre sont réduites lors d'une crise.

Le déficit public relance l'économie en injectant une masse monétaire propre à faire relancer la croissance, les recettes fiscales augmentent et permettent alors de financer ces dépenses publiques.

 

Perspectives économiques :

croissance du PIB mondial annuel :5.4% en 2006 (T4) + (T1, T2 et T3 en 2007)

5.3% au T4 (2007), 5% au T1 (2008), 4.4% au T2 (2008), 3.5% au T3 (2008)

2.7% au T4 (2008), 1.9% en T1 (2009 et 1.6% en T2 (2009)

 

Opportunités financières :

Buffet achète 20%  du capital de Goldman avec accord de rendement de 10%.

Les entreprises côtés restent sous- valorisées et permettent la reprise du M&A,

Les fonds souverains et privés cumulent près de 4k milliards de $ de liquidités.

Le G20 va se pencher pour trouver des solutions d'ici quatre mois ?!?.

Les banques ont été sauvées, la BCE et les autres banques centrales devraient poursuivre leur politique de baisse des taux,

Probable poursuite du Retournement de l'immobilier.

La force du Dollar : l’histoire du ‘reverse carry trade’ :

  

hausse du yen contre Dollar et Euro sur fond de débouclage de Carry-trade.

1/ les investisseurs empruntent en Yen à des taux très bas.

2/ vente de Yen pour achat devises phares + rémunératrices

(dollar australien, Couronne islandaise, euros et Kiwi néo-zélandais).

3/ empocher le différentiel de taux d'intérêt,

certains ont acheté du $ pour matières premières ou sur les actions;

 

 

Pour faire face à leurs engagements,

les hedge-fund débouclent à tout prix pour dégager les liquidités;

Les clients investisseurs retirent leur billes, les hedge-fund accentuent la chute des cours des actions et rachètent du Yen pour rembourser leurs emprunts.

Puis cercle vicieux, le carry-trade se dégonfle, le yen s'envole, les 'carry-traders sont plus nombreux. même les investisseurs fondamentaux en yen sont pris dans l'engrenage et se retrouvent contraints de déboucler;

  

Le pic est probablement derrière nous : chute des actions, absence d'acheteurs, poursuite du retrait des hedge-fund, resserrement du crédit. le robinet du Carry-trade exsangue  se tarit; le Japon assèche les marchés en rapatriant aussi ses liquidités; Refuge sur le dollar sur anticipation des baisses de taux en Europe plus forte qu'aux US, le yen est monté contre dollar également par effet mécanique sur le peu de probabilité pour le japon de baisser ses taux encore plus; le dollar est plus liquide et la profondeur de son marché plus intense par l'existence des titres d'état US.

 

 

Fermeture temporaire du marché Russe,

danger sur deux pays : islande et Argentine.

anecdote russe : cet été structureur  bancaire français pour une ligne de crédit pour un oligarque russe,20 milliards avec comme collatéral 115% en Gazprom. De nombreux deals effectués dont l'utilisation de l'emprunt ayant servi à l'acquisition de valeurs russes, inversion du marché, plus d'acheteurs, obligation de céder les collatéraux, couverture pour tirer du cash.  faible liquidité, raisons techniques de levier surdimensionnés et fermeture du marché pour tenter d’enrayer la chute de la Bourse.

  

Problème de financement des entreprises :

calcul estimé d'une division des flux par deux,

difficile pour l'état d'imposer l'obtention de prêts (exemple nippon des années 1990).

les entreprises vont devoir se désendetter et sabrer leurs investissements.

Les faillites d'entreprises devraient être légions et augmenter le chômage.

 

 

SOLUTIONS :

  

Une seule monnaie mondiale (utopique) et une seule langue comptable.

Soutenir le système bancaire de façon temporairement Keynesienne.

cash, octroi de prêt aux entreprises, crise de liquidité, rétablir confiance.

 

1/ techniques comptables mark-to-market qui relient la valeur de l'etp à sa valorisation comptable (créant donc un effet "larsen" d'aller-retour entre la valo comptable et la valo boursière), aux effets désastreux dans les modèles mathématiques des quants.

2/ libre création monétaire laissée aux banques qui n'ont aucune responsabilité puisque la Fed (et d'autres organismes dans les autes pays) est derrière en cas de pépin (= prime aux risque-tout ... qui ne risque rien). Et effet de levier dans cette création qui est énorme.

3/ absence de responsabilité sur leurs biens propres des dirigeants des établissements autorisés à la création monétaire (les TPG, eux, sont responsables sur leurs biens propres !).

4/ absence de contrôle des messages publicitaires aux particuliers qui induisent ces derniers en erreur quant au fonctionnement des produits d'épargne

 

Relancer la consommation et l'économie en oubliant les critères de Maastricht pour minorer la récession en Europe. Réguler les rémunérations des dirigeants et des traders.

Encadrement des procédures d'octroi de prêt au logement,  solvabilité et non valeur du bien comme actuellement aux US.

Limitation de l'effet de levier des banques d'affaires,

(Lehman endetté à 30 fois ses capitaux propres los de sa liquidation).

L'état va délocaliser l'épargne pour relancer l'économie, baisse de rémunérations livret.

 

 Organisme de surveillance à créer pour rendre transparent le marché du gré à gré,

 la titrisation (bien que celle des Carte bancaires ou prêt consommation  fût très utile).

Mise en place d'une réflexion profonde des autorités publiques sur les modes de régulation et de réglementations des activités financières et bancaires comme sur le mode de fonctionnement des marchés financiers.

(exemple de dysfonctionnement des Caisse d'épargne sur les règles de trading)

 

 

Réformer le fonctionnement des agences de notation ( supposés garde-fous).

Emetteurs paient les agences au détriment des investisseurs.

  

Fixer des objectifs de parités entre les grandes monnaies internationales

 (Bretton Woods 2) ou attendre sagement l’élévation de la clase moyenne en Chine.

Inflation chinoise (hausse demande interne corroborée à faiblesse europe/US),

puis par les salaires puis par les prix.

  

Coordonner les états pour éviter comme en 1929 la politique du chacun pour soi.Meilleure coordination des différents organismes de contrôle nationaux existants

(AMF, COB, etc.;)

 

  

Fiscal : baisser les impôts et les prévèvements obligatoires.

Réglementation accrue des hedge-Fund et pour coordonner l'aspect fiscal concernant les trous noirs de la régulation (statuts des paradis bancaires et fiscaux)

 

Création d'une structure supra-nationale et d'un budget communautaire.

Gouvernance mondiale de la finance avec un FMI aux pouvoirs élargis

ou un Forum de Stabilité Financière existant depuis 1999 par le G7.

 

Dans les deux cas 1929 et 2008, la théorie Keynesienne (crise de crédit et de la demande) de l'intervention étatique risque de l'emporter.

Il faudrait plus un 'new deal' comme le fît Roosevelt en 1933. Le congrès avait adopté une avalanche de mesures financières …dont l'augmentation de la pression fiscale sur les entreprises et sur les hauts revenus sans sortir des bouteilles à 499 $ au G20.

 

Sur un court terme :

 interdiction des ventes à découvert étendue à tous les secteurs et sur toutes les places.

Restaurer la confiance pour resserrer le spread de crédit, diminuer la volatilité des taux interbancaires, et permettre d'enrayer la chute des marchés boursiers.

 

L'utilisation des fonds publics devaient servir en priorité à assainir les bilans, éponger les produits toxiques, reconstituer les fonds propres et à terme les marges.

Instaurer la garantie permanente des prêts interbancaires par l'état,

Garantie illimitée les dépôts par les établissements bancaires comme en Allemagne, Irlande , Portugal et Danemark.

Rapprochement dans le secteur bancaire au travers des sauvetages financiers.

  

 

CONCLUSIONS :

 Contrairement au monde animal qui s'adapte au monde qu'il subit, l'homme s'adapte au monde qu'il invente.  Nous somme très résistants et dotés d'une incroyable capacité à rebondir qu'elles soit naturelles ou culturelle.

 

Nouveau code de conduite pour limiter les excès et revenir en ce qui concerne les banques à leur métier d'origine. L'ampleur des réactions en Chine, Russie, Europe et aux US permet d'éspérer une relance rapide. Il nous faut une Europe politique aussi bien que monétaire.

 

Conseils d'investissement moyen terme

certaines valeurs comme :

Air France-KLM, /état dans le capital, avions toujours pleins, développement de l'aérien Chine et Inde. LVMH, leader mondial du luxe / à moins de 10 fois les bénéfices, passée de 90 euros à 41.00 en un an. Arcelor Mittal passé de 67.80 en juin dernier à 15.30 possède un potentiel de hausse sur l’arrivée d’OBAMA

et Renault, état dans le capital, passé de 122.87 à 19.11, potentiel de l'électrique alternative au pétrole,  voire Sanofi. / relance OBAMA, leader mondial et sur les vaccins pourrait passer de 16 millions de vaccins en unité de production US à 60.

Défensives comme Total, Air Liquide, EDF ou Procter et Gamble.

 

On va assister à une véritable mutation des modes comportementaux

 

Chute des volumes conforterait un bottom majeur,

 figures d'analyses techniques en reverse Head & Shoulders,

 

Répartir ses liquidités dans plusieurs banques pour optimiser les garanties de ses avoirs, Livrets A, PEA protégés et SICAV dont vous resterez détenteurs des titres ainsi que sur les capitaux en assurance-vie. Risque de baisse des rendements. Aujourd'hui seuls les actionnaires des banques concernées sont passées à la caisse. A savoir / Une banque étrangère n'ayant qu'une succursale en France n'adhère pas au fond de garantie français.

 

De Washington : Conseil d'un banquier suisse:

vous pouvez toujours jeter l'argent par la fenêtre du moment que c'est du jardin vers l'intérieur de la maison.

  

Louis-Serge Real del Sarte

Conférence du lundi 17 novembre / Collège de polytechnique HI-Team

  

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents