Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

SOCIAL MEDIA

SOCIAL MEDIA

Plus de 2 millions de pages lues et 820 000 visiteurs uniques pour ce blog dont l’auteur, Louis-Serge Real del Sarte, vous propose une curation quotidienne liée à l’actualité, aux stratégies digitales d’entreprises et problématiques d’utilisations de ces nouveaux canaux de communication. Pionnier et auteur du premier ouvrage référençant les 1000 réseaux sociaux mondiaux, il est Leader européen des réseaux professionnels et consultant international pour les entreprises.


Les fondations d’une gouvernance financière mondiale

Publié par Twostein sur 7 Avril 2009, 16:14pm

Catégories : #Article de Presse

 

 

David Thébault

«G20, les fondations
d’une gouvernance financière mondiale»


(Easybourse.com)

Ce sommet du G20 est un succès sur le plan financier car il apporte des solutions à long terme pour tenter de réguler le capitalisme mondial. La position européenne en ce point a été tout à fait salvatrice pour contrebalancer un capitalisme auto-régulé et court termiste qui aujourd’hui a démontré son inefficience.

C’est aussi un succès sur le plan politique car les pays produisant près de 90% des richesses mondiales présentent une position commune avec une réelle prise de conscience des enjeux mis en exergue par cette crise historique. Les écueils du passé, principalement les mesures protectionnistes qui avaient eu un effet destructeur de richesse au niveau mondial, ont été évités.

Ce sommet ne pourra à lui seul résoudre cette crise économique profonde qui a laissé le secteur bancaire sous-capitalisé d’environ 500 milliards de dollars, selon le FMI.

Concrètement cette réunion du G20 n’apporte pas de nouvelles solutions en termes de solvabilité des institutions financières, de relance économique, d’homogénéisation des fiscalités et des normes comptables. Les questions tabous ont été soigneusement évitées, telle que la fin possible de l’hégémonie du dollar et la création d’une monnaie mondiale basée sur un panier de devises qui faciliterait une sortie de crise.

La plus belle avancée à long terme est l’accord sur une régulation coordonnée du secteur financier fondé sur des valeurs prudentielles et une transparence accrue. Mais quel en sera l’impact dans l’économie réelle ? Est-ce «la fin» annoncée des paradis fiscaux ou la régulation des fonds spéculatifs et du revenu des banquiers qui auront un impact positif sur une relance de la consommation ?

L’évènement historique de ce sommet du G20 est l’augmentation des crédits accordés au FMI et sa possibilité de vendre une partie de son stock d’or pour aider les Etats en difficulté.

Aujourd’hui encore, la dernière phase attendue de la crise financière est la matérialisation du risque systémique de défaut souverain. Le risque de défaillance qui a plané sur les pays de l’Est aurait pu, sans l’intervention du FMI, déstabiliser toute l’Europe. L’élément majeur de ce sommet a été de donner une capacité financière au FMI pour soutenir des Etats qui sont au bord du gouffre.

Le risque majeur reste le recours à une dévaluation compétitive de la monnaie nationale, ce qui laisse présager une forte augmentation de la volatilité des taux de change pour cette année 2009.

Ce sommet devrait restaurer la confiance mais aura comme corollaire à long terme le risque d’une sortie de crise par l’inflation ou tout du moins par une future hausse de l’imposition mondiale.

En France l’impact social de la crise devrait être amortie par le mécanisme des 35 heures, du chômage et d’une forte épargne qui conduira à de nouvelles mesures d’incitation fiscale moins déstabilisantes pour les finances publiques.

Responsable de la recherche quantitative
chez Global Equities

Publié le 07 Avril 2009 Copyright © 2009

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents